• La maîtresse demande aux élèves de sa classe de CE1 ce qu'ils veulent faire comme métier lorsqu'ils seront grands:
    "Moi je veut être pompier madame!" répond Jérôme.
    "C'est bien Jérôme....et toi Michaël?"
    "Moi je veux être policier madame!"
    "Ah!...Et toi Marjory?"
    "Moi je veux être maîtresse comme vous maîtresse!"
    "C'est bien Marjory, c'est un très joli métier..."
    Puis elle se tourne vers Toto, au dernier rang, The "Le Cancre" de la classe: "Et toi Toto?"
    "Moi je veux être grand rocker maîtresse!"
    "Ah...Et c'est quoi "grand rocker" Toto?"
    "Grand rocker, c'est le blouson en cuir, la moto, les salopes..."
    et PAFFFFF!!!!!!!!!!!! Toto se ramasse une grande claque dans la gueule et se met à pleurer....
    À la fin de la journée, Toto rentre chez lui et raconte toute l'histoire à ses parents: "....et je lui ai dit que je voulais être grand rocker et elle m'a mis une baffe!"
    "C'est quoi Toto "grand rocker"?, lui demande sa mère.
    "Ben, grand rocker c'est le blouson en cuir, la moto, les salopes..." et RE-PAFFFFFF!!!!!!!!!! une autre claque dans la gueule! Et son père rajoute: "Et tu me feras le plaisir d'aller présenter des excuses à ta maîtresse demain matin avant de rentrer en classe! Non mais!"
    Le lendemain matin, Toto va voir la maîtresse tout penaud:
    "Euh...Voila maîtresse, je voulais m'excuser pour hier et vous dire qu'en fait je veux plus faire grand rocker quand je serais grand."
    "Ah...Et tu veux faire quoi alors Toto?"
    "Petit rocker!"
    "Ah...Et c'est quoi "petit rocker" Toto?"
    "Ben petit rocker c'est le blouson en jean, la mobylette, la branlette..."

     


    L'histoire se passe dans une salle de classe, disons à l'école primaire. L'inspecteur est venu... inspecter les cours que dispense mamzelle l'institutrice. Celle-ci pose la question à l'ensemble des têtes blondes :
    - Qui veut nous chanter une chanson pour monsieur l'inspecteur ?
    Dix mains se lèvent. L'institutrice désigne tour a tour les gentils volontaires, mais n'interroge pas un petit, car elle sait qu'il a une réputation de cancre et de voyou. L'inspecteur lui fait la remarque :
    - Mademoiselle, vous n'avez pas interrogé cet enfant là, à côté de moi. On dirait que lui aussi veut chanter.
    - Ben, c'est que, euh...
    Et puis merde, se dit notre charmante instit', il faut que je l'interroge, tant pis.
    - Vas-y Mohammed (car il s'appelle comme ça). Que vas-tu nous chanter ?
    - Les tétons, m'dame.
    - ???
    - Ah ! Bravo mademoiselle, fait l'inspecteur, je vois que vous leur apprenez de belles choses.
    - Je ne comprends pas Monsieur, je vous l'assure !
    Et l'institutrice, complètement désolée, dit à Mohammed :
    - Bon, vas-y mon petit, chante nous ta chanson...
    Et Mohammed :
    - Les tétons, petit navireeeuuuuh, les tétons, petit navireeeuuuuh...

     


    La maîtresse d'école demande à Gaston
    - Il y a trois oiseaux sur une branche et je prend mon fusil et j'en tire un, combien en reste-t-il?
    Gaston dit "il n'y en a plus, les autres sont partis, ils ont eu peur"
    La maîtresse dit :
    - Non, non Gaston tu vois 3 oiseaux moins un fait qu'il reste deux oiseaux sur la branche. Mais j'aime bien ta façon de penser.
    Quelques jours plus tard, cette fois-ci c'est Gaston qui demande à sa maîtresse d'école
    - Il y a trois femmes qui marchent sur le trottoir, chacune ayant un cornet de crème glacée à la main, une lèche son cornet, l'autre suce son cornet et la dernière croque son cornet. Laquelle est mariée?
    La maîtresse dit "ce doit être celle qui suce"
    Gaston dit "Non, non c'est celle qui a une bague au doigt. Mais j'aime bien votre façon de penser"

     


    Michel revient de l'école avec son bulletin. Des zéros partout.
    - Quelle excuse vas-tu encore me donner? soupire sa mère.
    - Eh bien! j'hésite entre l'hérédité et l'environnement familial.

     


    On vient d'apprendre les fables de La Fontaine en classe, et la maîtresse d'école demande à Toto de raconter une histoire ayant une morale à la fin.

    Toto ne se fait pas prier:
    Toto:
    - C'est histoire de Zorro qui est sur son cheval Tornado. Ils se baladent dans la pampa et rencontrent un vieux paysan. Le paysan en les voyant lance: "Eh salut Zorro, ça va?" et alors Zorro fonce sur lui et lui balance un bon coup d'épée en plein dans le ventre!

    Tous les petits poussent un cri d'horreur, et la maîtresse dit à Toto:
    "Dis-donc Toto, tu ferais mieux de raconter des histoires moins sanglantes... Mais continue ton histoire

    Toto:
    - Alors Zorro continue son chemin et arrive dans un village. Là il croise une jeune fille qui en le voyant est toute gaite et lui crie "Oh Zorro, bonjour, tu m'emmène sur ton beau cheval noir, dis..." et alors Zorro donne deux bons coups d'éperons à Tornado son cheval qui se cabre et fait retomber ses deux antérieurs sur le corps de la jolie jeune fille qui était toute gaite (avant)...

    rebelote, tout le monde dans la classe pousse un cri de dégoût. La maîtresse dit à Toto: "J'espère que ton histoire a une bonne morale, parce que pour l'instant, ton Zorro ne l'est pas, lui, moral! Vas-y, continue!"

    Toto:
    - Enfin Toto rentre chez lui, et là l'attend Bernardo. Mais Bernardo est très excité et il veut faire comprendre quelque chose à Zorro qui ne comprend rien à tous les grands gestes de Bernardo (Rappel: Bernardo est sourd-muet). Alors Zorro prend Bernardo par le col de la veste et le balance dans les escaliers! Voilà"

    La maîtresse prend la parole: "Eh bien alors Toto, il n'y a pas de morale à ton histoire de Zorro?!"
    Toto répond:
    - Si m'dame, la morale, c'est qu'il faut pas faire chier Zorro!"

     


    Alors c'est l'histoire de Toto qui qui doit faire une composition sur le sujet: "Quelle est la différence entre potentiellement et concrètement?".

    Toto, bien incapable de répondre à une question d'un tel niveau métaphysique, demande de l'aide à son père. Celui-ci réfléchit un moment et dit a son cancre de fils :


    "écoute mon fils, voila ce que tu vas faire pour comprendre ce qu'est la différence entre potentiellement et concrètement : tu vas aller voir ta mère et tu lui demandera si pour 5000 frs elle serait d'accord pour sucer un autre homme que son mari".

    Toto va donc voir sa mère et lui pose la question proposée par son père. La mère :
    "Quoi? Tu n'as pas honte de parler ainsi à ta mère?" et PAF, elle lui colle une beigne. Mais elle réfléchit un peu, et dit :
    "Finalement, tout bien réfléchi, entre nous, pour 5000 frs je serais prête à sucer n'importe quel homme." Toto retourne voir son père et lui transmet la réponse de sa mère. Le père :
    "Bien, maintenant tu vas aller voir ta grande soeur qui va repasser son bac pour la dixième fois, et tu lui demandera si pour 5000 frs elle serait d'accord pour baisser sa culotte devant n'importe quel homme." Toto, très obéissant, va trouver sa soeur et lui pose la question. La soeur :
    "Quoi, espèce de petit con, tu me prends pour qui "...etc et poum elle lui balance un coup de genou entre les jambes (pov' Toto). Mais elle aussi réfléchi un peu et avoue que finalement, pour 5000 frs, elle serait prête a baisser sa culotte devant le premier venu.

    Toto ramène la nouvelle à son père qui lui dit :


    "Et bien voilà, mon fils : dans cette maison, potentiellement, nous avons 10000 frs. Mais concrètement, NOUS AVONS DEUX SALOPES !!!"

     


    Trois gamins discutent dans la cour de récréation.
    "Mon père, dit le premier, est tellement fort qu'il avale la fumée de sa cigarette par la bouche, et il la recrache par le nez !
    - Ouah, c'est nul. Le mien, il l'avale par la bouche et il la recrache par les oreilles...
    - Tu racontes des conneries, dit le troisième. Par contre, le mien, il l'avale par la bouche et il la recrache par le trou du cul !
    Les deux autres :
    "N'importe quoi ! C'est pas possible !!
    Et le troisième sort un slip de son père de son cartable.
    "Et ça, c'est pas des traces de nicotine, peut-être ?

     


    Un garçon demande à son père :
    - Papa, je dois faire un exposé à l'école, est-ce que je peux te poser quelques questions ?
    - Oui bien sûr, vas y qu'est-ce que tu veux savoir ?
    - C'est quoi la politique ?
    Le père réfléchit un peu puis se lance :
    - Et bien voila, prenons comme exemple notre foyer. Je suis un salarié, donc je gagne de l'argent, donc appelons moi "capitalisme". Ta mère c'est l'administrateur des biens, appelons la "gouvernement". Nous devons nous occuper de toi et pourvoir à tes besoin, donc toi tu es "le peuple". Appelons la bonne "la classe ouvrière", et ta petite soeur qui n'a qu'un an, "le futur". Est ce que c'est plus clair maintenant?
    Le petit réfléchit et dit :
    - Je ne suis pas très sûr, mais je vais y réfléchir.
    Cette nuit là, réveillé par les cris de sa petite soeur, le garçon est allé voir ce qui n'allait pas. Découvrant que sa jeune soeur a sérieusement remplit ses couches, le petit est allé à la chambre de ses parents en voyant que sa mère est profondément endormie il alla voir dans la chambre de la bonne où à travers le trou de serrure il a vu son père en train de sauter la bonne.
    Le petit fut tellement dégoûté par ce qu'il a vu qu'il est retourné dans sa chambre et s'est recouché.
    Le lendemain matin le petit va voir son père:
    - Ça y papa, maintenant je crois avoir compris ce que c'est que la politique.
    - Très bien fiston! Raconte moi maintenant avec tes propres mots.
    - Et bien, pendant que le Capitalisme encule la Classe Ouvrière, le Gouvernement est profondément endormi, le Peuple est complètement ignoré et le Futur est dans la merde.

     


     

    		" Cher Petit Jésus, 
    C'est bientôt Noël, et j'aimerais bien recevoir un train
    électrique.
    Si tu m'en envoies un, je te promets d'être sage pendant UN
    MOIS.
    Merci. ... Toto"
    Toto contemple son oeuvre et se dit qu'un mois c'est un peu long. Il se
    ravise, prend une nouvelle feuille et écrit :

    " Cher Petit Jésus,
    C'est bientôt Noël, et j'aimerais bien recevoir un
    train électrique. Si tu m'en envoies un, je te promets d'être
    sage pendant UNE SEMAINE.
    Merci. ... Toto>>
    Après lecture de cette nouvelle missive, il se rend compte qu'une
    semaine ça fait quand même sept longs jours et décide de raccourcir
    encore le délai :

    "Cher Petit Jésus,
    C'est bientôt Noël, et j'aimerais bien recevoir un train
    électrique.
    Si tu m'en envoies un, je te promets d'être sage pendant UN
    JOUR.
    Merci. ... Toto"
    Alors qu'il est ne train de se demander comment il va faire pour tenir
    sa promesse, une idée de génie lui vient : Il court au salon, va vers la
    télévision, sur laquelle trône une statue de la Vierge Marie (dans une
    boule, avec écrit dessus, la neige quand on la retourne et tout et
    tout).
    Il prend la statuette, l'amène dans sa chambre, la planque sous son
    matelas et recommence à écrire :

    " Cher Petit Jésus,
    Si tu veux revoir ta maman...

     


    C'est l'institutrice qui après avoir parlé des animaux vérifie si les élèves ont bien compris.
    - À quoi sert le mouton?
    - À nous donner la laine mademoiselle.

    À quoi sert la poule?
    À nous donner des oeufs.

    À quoi sert la vache?
    À nous donner des devoirs.

     


    En classe, l'institutrice explique aux enfants les différents régimes alimentaires des animaux:
    - Alors les vaches, elles mangent quoi?
    Tous les enfants lèvent le doigt:
    - Moi M'dame! Moi M'dame!
    - Oui?
    - Les vaches, elles mangent de l'herbe!
    - Très bien! Et les chiens, qu'est-ce qu'ils mangent?
    - Moi M'dame! Moi M'dame!
    - Oui?
    - Les chiens, ils mangent de la viande!
    - Très bien! Et les ours, qu'est-ce qu'ils mangent les ours?
    Silence dans la classe. Soudain Toto lève le doigt:
    - Moi M'dame! Moi je sais ce qu'ils mangent les ours!
    - Oui, dis-nous, Toto.
    - Les ours, ils mangent de l'oignon!
    Surprise de l'institutrice.
    - De l'oignon, Toto? Ou as-tu appris cela?
    - Ben oui, l'autre jour j'ai entendu Papa dire à Maman: "Viens qu'j'te bouffe l'oignon avant qu'les ours arrivent.
    ---------- dans la même classe...
    ...la même institutrice décide de faire une leçon de cuisine aux enfants; elle décide de leur parler de la COMPOTE.
    - Savez vous comment on fait la compote de pommes ?
    - Moi, M'dame, Moi M'dame : c'est facile, tu prends des pommes, tu les épluches, tu les laves, tu les coupes en petit morceaux tu les mets à bouillir 10 minutes dans l'eau et quand c'est cuit, tu mixes et voilà !
    - Bien, Joseph, bien (le gamin intelligent en question s'appelle Joseph)
    Soudain, Toto se lève et dit :
    - Oui, mais, M'dame, pour faire la compote de FIGUES, c'est pas pareil...
    - Ah, bon, tu es sûr ?
    - Eh ben Ouais. Pour faire la compote de figues, il faut des figues, et pis surtout, une LIME....
    - Mais où as-tu été cherché ça, voyons ?
    - Ben, l'autre jour, je passais devant la chambre de mes parents et j'entendais Maman qui disait à Papa : "arrête de limer, j'ai la figue en compote !!! "


    C'est un gosse qui va à l'école, mais ce jour là, il a une tête énoooorrmmme, (une grosse tête quoi!).
    Donc, quand il arrive à l'école, tous les autres enfants vont le voir:"
    - Ben dis donc, qu'est-ce qui t'es arrivé? t'en a une tête aujourd'hui!
    Le petit garçon de répondre:
    - Ben c'est hier, j'était dans mon jardin, et y avait une guêpe
    Les autres gosses:
    - Oh l'autre hé, c'est pas une guêpe qui t'a fait une tête pareille!!
    - Ben non, c'est mon père, il avait une pelle..."

     


    En classe de C.P., la maîtresse demande aux élèves de citer un chanteur contemporain. La petite Émilie lève le doigt :
    "Chantal Goya, Madame.
    - Hmmm oui, c'est bien Émilie. Un autre ?
    - Frédéric François, Madame
    - Non, Jérôme, j'ai dit chanteur. Un autre ?
    - Carlos, Madame dit la petite Patricia
    - Bien, Patricia. Encore un ?

    Mohammed alors lève le doigt :
    - M'dame, Patricia elle a dit Carlos, mais c'est pas bon.
    - Pourquoi Mohammed, Carlos est bien chanteur pourtant ?
    - Oui, M'dame, mais vous avez dit un chanteur contemporain,
    et Carlos il est comptant por deux

     


    Toto est à l'école. La maîtresse propose un jeu, le jeu des mots ; c'est assez simple : elle propose une lettre, il faut donner un mot commençant par la lettre en question.

    La maîtresse : qui connaît un mot commençant par 'B' ?
    Toto : moi m'dame, moi, moi ! M'dame, moi !
    La maîtresse : toto, calme toi ! Oui, Julie ?
    Julie : euh...
    Toto, soufflant à Julie : une bite, Bite, BITE, une BITE !
    Julie : euh, un ballon ?
    La maîtresse : bien, Julie, bien. Un mot commençant par 'S' ?
    Toto : moi, MOI, Moi m'dame, moi, MOI !
    La maîtresse : allons Toto, arrête de crier ! Oui, Matthieu ?
    Matthieu : ...
    Toto, soufflant à Matthieu : des seins, des Seins, SEINS, des SEINS !
    Matthieu : ...sable, du sable m'dame.
    La maîtresse : bien, Matthieu, c'est bien. Un mot commençant par 'N' ?
    Toto : ...
    La maîtresse : Toto ?
    Toto : ... ... ... Je sais ! Un nain ! Un nain ! Un NAIN, avec des grosses couilles, des COUILLES énormes !

    et une variante dans le même genre:

    Cela se passe à l'école le lendemain d'un meeting d'aviation. L'institutrice pose des questions aux élèves et leur demande à quoi ils pensaient en voyant descendre les parachutistes ...

    Émile, un bon élève: "Je pensais à des grands champignons, mademoiselle ..."
    "Très bien"
    Louis, un bon élève aussi: "Je pensais à de grands parapluies tout blancs"
    "Bravo"
    "Et toi Toto" interroge l'institutrice ... "Moi, à une fille à poil !!!"
    "Mais je ne vois pas le rapport" dit l'institutrice ...
    "Moi non plus", dit Toto, "mais moi, je ne pense qu'à ça..."

     


    Le maître demande à Toto :
    - Qui a cassé le vase de Soissons ?
    - Mais c'est pas moi, m'sieur !

     


    le jour de la marmotte - GroundHog day

    *** Pour rire à cette blague, il faut avoir vu le film (hyper marrant au demeurant) ***

    Au catéchisme, une dame teste les connaissance de ses jeunes élèves: Elle leur demande si ils savent ce que c'est que Pâques...

     

    Le premier à répondre est un petit garçon: Il lui répond qu'à Pâques, toute la famille est à la maison et on mange la galette des rois.

    La dame du catéchisme répond que le petit garçon confond avec l'épiphanie. Elle demande ensuite à une petite fille qui lève le doigt:

     

    "Pâques, c'est le jour où l'on descend le matin dans le salon, et où l'on trouve des cadeaux sous le sapin".

     

    La dame qui se sent un peu découragée, lui répond patiemment qu'elle confond avec Noël. Et elle donne la parole à un petit garçon qui a le doigt en l'air:

    "Pâques, c'est le moment où Jésus a été crucifié, puis enseveli dans son tombeau...."

    La dame pousse un "Ouf" de soulagement. Elle a enfin trouvé un petit qui s'y connaît en catholicisme... jusqu'au moment où le petit ajoute:

    "Puis il est sort de son tombeau et si il voit son ombre en sortant du tombeau, ça veut dire que l'hiver en a pour 6 semaines de plus."

     


    C'est deux mecs qui discutent pendant une pause au travail:
    - Alors ça va la famille?
    - Oui mon fils a des cours de logique à l'école, c'est captivant!
    - Ah? Comment ça?
    - Bon, par exemple, tu as un aquarium chez toi?
    - Oui.
    - Bon, si tu as un aquarium c'est que tu aimes les animaux...
    - Ça me parait évident!
    - Si tu aimes les animaux, tu aimes les hommes!
    - Cela va de soit.
    - Si tu aimes les hommes, tu aimes les femmes...
    - Oui!
    - Si tu aimes les femmes t'es pas PD! C'est ça la logique.
    - Wow! Dit dont c'est vrai que c'est bien comme truc. Les deux amis se sépare, le second tout content d'avoir appris quelque chose va voir un autre collègue.
    - Hep, Bob, tu savais que le fils de Maurice faisait de la logique?
    - De la logique? C'est quoi?
    - Bah, par exemple t'as un aquarium?
    - Euh, non...
    - Alors c'est que t'es PD!

     


    Nicolas étudie les nombres négatifs a l'école. Le soir il demande à son père de lui expliquer, parce qu'il n'a pas tout compris.
    Le père :
    - Bon écoute Nicolas, imagine quatre personnes dans un autobus. Si à l'arrêt suivant, huit personnes descendent, alors il faut qu'il y en ait quatre autres qui montent pour qu'il n'y ait plus personne dans le bus...

     


    C'est le mois de Juin. Il fait très chaud et trois petits garçons rentrent de l'école. Sur leur trajet, ils longent une propriété avec une piscine dans laquelle ils aperçoivent une jeune dame complètement nue qui se baigne.
    Naturellement, les trois petits garçons s'arrêtent pour mater (d'ailleurs, ils seraient plus vieux, ils feraient pareil).
    Très rapidement, et sans prévenir, un des trois petits garçons se met à courir et rentre chez lui. Alors les deux autres rentrent eux aussi.
    Le jour suivant, il fait toujours aussi beau, et ils retrouvent la jeune dame en train de se baigner toujours aussi nue. Mais c'est pareil que la première fois, le petit garçon se met très rapidement à courir pour rentrer chez lui.
    Le troisième jour, la jeune dame est encore là.
    Cette fois-ci, les deux copains ont décidé de faire quelque chose: Avant que leur pote ne se mette à courir, ils l'attrapent par le bras et lui demandent:
    "Qu'est-ce qu'il y a? Tu n'aimes pas regarder les nanas à poil?"

    Et le petit garçon répond: "Si bien sûr, mais ma maman m'a dit que si je regardais une femme toute nue trop longtemps, je risquais de me transformer en statue de pierre... Et je me sens déjà devenir tout dur!"

     


    -Toto, douze bouteilles de vin à 6 francs pièce, combien ça fait?
    - à la maison, ça fait 3 jours m'dame

     


    La famille est à table, et toto, le fils mange salement.
    Le père: Tu manges vraiment comme un goret!
    Le fils: Hein?
    Le père: tu sais au moins ce que c'est un goret?
    Le fils: Oui, c'est le fils du cochon.

     


    C'est Toto à l'école et c'est son premier jour (c'est la rentrée) alors la maîtresse décide de faire plus ample connaissance avec ses nouveaux élèves:

    Elle s'adresse à Séverine :
    - Alors ma petite comment t'appelles-tu ?
    - Séverine Madame.
    - Et qu'est ce qu'il fait ton papa ?
    - Coiffeur
    - Ah c'est bien et toi comment t'appelles-tu ?
    - Thomas
    - Eh qu'est -Ce qu'il fait ton papa ?
    - Médecin
    - Ah c'est bien et toi comment t'appelles-tu
    - Toto
    - Et qu'est ce qu'il fait ton papa ?
    - Mon papa il est mort
    - Oh je suis désolée (elle veut rattraper le coup) mais avant il faisait quoi?
    - AARRRHH !!! AAAArrrrhhhh

     


    Toto a 6 ans et il s'ennuie. Sa mère lui propose d'aller voir les charpentiers travailler dans la nouvelle maison qui se construit juste à côté.

    Deux heures plus tard, toto rentre à la maison. Sa mère lui demande:
    "Alors Toto, qu'est-ce que tu as appris?"

    Toto répond:
    "J'ai appris que quand la putain de fenêtre ne rentre pas dans cette saloperie de châssis, tu prends l'enfoiré de rabot, tu enlèves un poil de cul d'épaisseur de chaque côté et normalement, après ça glisse tout seul!"

    La maman de Toto n'en revient pas. Elle le sermonne:
    "Attends un peu que ton père rentre à la maison et entende ça!"

    Lorsque le papa de Toto rentre, la maman demande à Toto de répéter tout ce qu'il a déjà dit, et Toto ressort son baratin:
    "Quand la putain de fenêtre ne rentre pas dans cette saloperie de châssis, tu prends l'enfoiré de rabot, tu enlèves un poil de cul d'épaisseur de chaque côté et normalement, après ça glisse tout seul!"

    Évidemment, le papa est très énervé et il dit:
    "J'en ai assez entendu comme ça! Tu vas aller me chercher le martinet."

    Toto répond: "Le martinet? c'est un boulot pour un putain de maroquinier!"

    PS: La blague est certainement plus drôle en anglais car elle repose sur un jeu de mot (le père demande d'aller chercher un 'switch' qui est aussi bien un martinet, qu'un interrupteur électrique-->c'est un boulot pour un putain d'électricien)

     


    À la petite école, en banlieue, c'est le jour de la leçon de vocabulaire.
    La maîtresse dit aux enfants:
    - Aujourd'hui les enfants, nous allons étudier le mot "hameçon". Ahmed, veux-tu nous raconter une histoire en utilisant ce mot, s'il te plaît ?
    - Oui Madame. Hier, ji suis alli dans li souk avec mon père. Il y avi beaucoup de monde et beaucoup di marchandises. Et mon père, il m'a offir di babouches.
    - Mais Ahmed, tu n'as pas utilisé le mot "hameçon".
    - Attends ci pas fini! Les babouches, hameçon trop p'tites !
    consternation de la maîtresse...

    Le lendemain, leçon de grammaire.
    - Aujourd'hui, nous allons étudier l'épithète. Ali, construis-moi une phrase contenant une épithète.
    - Oui Madame. Aujourd'hui, il y a du soleil.
    - Il n'y a pas d'épithète dans cette phrase, Ali.
    - Pas di problème : aujourd'hui, il y a du soleil, épithète que demain il y en aura encore.

    reconsternation... La maîtresse reprend la parole: -Bon, les enfants, à nouveau un peu de vocabulaire. faites-moi une phrase avec le mot *volupté* . Vas-y Ali, essaie de racheter tes bêtises...
    - Hier, on est allé à la plage avec papa et on a mangé, on a même beaucoup mangé.
    - Mais il n'y a pas *volupté* dans ta phrase?
    - Attend, attend, après, papa il a volupté et il a chié dans son froc.

    ...

    une autre maîtresse, dans la même école:
    - Aujourd'hui nous allons voir les animaux migrateurs. est-ce que quelqu'un peut m'en citer un?
    Aline prend la parole:
    - La cigogne.
    - Bien Aline. Quelqu'un d'autre?
    Et Ahmed de répondre:
    - Moi Madame, le morpion.
    - Mais enfin Ahmed, ce n'est pas un animal migrateur!
    - Bien sûr que si Madame. Tout le temps y migrattent, y migrattent.

     


    La maîtresse a demandé aux enfants de faire un devoir sur la façon dont naissent les enfants.
    Toto rentre à la maison et demande à sa mère:
    - Maman! Comment je suis né?
    - Ah, c'est la cigogne qui t'a amené jusque chez nous
    - C'est vrai?, dit Toto. Et comment Papa est né?
    - Oh, ben c'est la cigogne qui l'a amené lui aussi!
    - Et Grand-père et grand-mère alors?
    - C'était la cigogne aussi pour eux Toto! Et maintenant, laisse-moi travailler, je dois préparer le repas.

    Le lendemain, Toto donne son devoir à la maîtresse.
    La maîtresse lit: "Impossible de faire un devoir sur la façon dont naissent les enfants, car dans la famille il n'y a pas eu de naissance naturelle depuis 3 générations."

     


    Ça se passe à la campagne.
    La semaine dernière, le père de TOTO a participé à la corvée de bois pour l'église (tous les gens du village, une fois par an, préparent le bois pour le chauffage de l'église).
    En déchargeant la remorque de bois, le père de TOTO a cassé, par inadvertance, un carreau du garage de M. le Curé.
    N'étant pas en très bon termes avec M. le Curé, le père décide de ne rien dire. Il chargera son fils TOTO de l'excuser auprès du curé.
    De retour à la maison, le père dit à TOTO :
    - Si demain, au catéchisme, M. le Curé vous demande qui a cassé le carreau, tu diras que c'est papa en déchargeant la remorque de bois mais qu'il ne l'a pas fait exprès. Tu y penseras ?
    - Oui papa
    Le jour du catéchisme arrive. Avant le départ de TOTO le père fait les dernières recommandations.
    - Tu penseras à ce que je t'ai dit ?
    - Oui papa.
    TOTO part pour le catéchisme en gardant à l'esprit les recommandations de son père.
    Le catéchisme débute. Après une courte prière, M. le Curé passe à l'interrogation sur la religion. Il pose à tour de rôle des questions à chacun des enfants :
    - Qui est Dieu ? ;
    - Qui est l'homme ? ... et il arrive à TOTO : -
    Qui t'a crée Toto?
    et Toto qui avait déjà préparé sa réponse dit un peu paniqué:
    - C'est papa en déchargeant mais il l'a pas fait exprès.

     


    Un jour un inspecteur sanitaire arrive dans une école primaire. Sa première visite est pour les chiottes des garçons et la il se rend compte que, comme d'habitude c'est pas très propre et ça ne sent pas la rose, enfin bref de la pisse de partout... Après une petite remontrance pour le directeur de l'école qui ne fait pas bien entretenir ses bâtiments, il se dit qu'il ferait mieux d'attaquer le mal à sa source.
    Il va donc dans la classe de Toto. Il arrive et demande à toutes les petites filles de sortir. Une fois seul avec les garçons il commence la leçon:
    "Bon j'ai remarqué que plusieurs d'entre vous ne savaient pas uriner donc je vais vous apprendre d'une manière simple ce geste de la vie quotidienne" (un peu snobinard l'inspecteur mais bon il est comme ça..)
    Il poursuit en faisant une petite démonstration:
    "1: on ouvre la braguette.
    2: on sort le ...euh ... petit oiseau
    3: on décalotte.
    4: on fait pipi.
    5: on recalotte.
    6: on la rentre.
    7 on ferme la braguette. tout le monde a compris. Bon alors on passe aux travaux pratiques. Un volontaire?"
    Pierre, le lèche cul, ne manque pas l'occasion de se distinguer, se place devant l'urinoir et récite sa leçon fraîchement apprise:
    "1: on ouvre la braguette.
    2: on sort le pénis
    3: on décalotte.
    4: on fait pipi.
    5: on recalotte.
    6: on la rentre.
    7 on ferme la braguette."
    L'inspecteur est ravi: "Bien Pierre rejoint tes petits camarades. Bon un autre volontaire?"
    Raymond se propose et récite en s'exécutant: "1..2..3..4..5..6..7"
    L'inspecteur est ravi et se dit qu'il a bien fait son boulot.
    Comme ces premières démonstrations ont donne une furieuse envie de pisser a toutes les têtes blondes de la classe, le chahut s'installe ce qui fait que l'inspecteur est oblige de hausser le ton pour rétablir l'ordre.
    Quand enfin il parvient a obtenir le silence, tout le monde entend Toto au fond de la classe:
    " 3..5..3..5..3..5..3..5..."

     


    C'est Toto et son frère Dédé qui sont assis sur le trottoir en train de glander.
    Dans leur discussion informelle, ils en viennent à se demander pourquoi les grands ont tellement de plaisir à dire des jurons.

    Alors, pour en savoir plus, ils décident que le lendemain, Toto dira le mot 'putain' alors que Dédé dira le mot 'baiser'.

    Le lendemain matin, le Papa de Dédé et toto les appelle pour le petit-déjeuner [cette fois j'ai pas dit déjeuner, hein].

    "Toto, qu'est-ce que tu veux comme petit-déj.?"
    "Je voudrais ces putains de Choco Pops (TM) papa!"
    Évidemment, ça ne loupe pas, toto se prend une bonne vieille claque derrière la tête.
    Puis le père se tourne vers Dédé:
    "Et toi Dédé qu'est-ce que tu veux?"
    "Eh ben moi je prendrai pas les Choco Pops, j'ai pas envie de me faire baiser comme Toto!"


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique